تعديل

mardi 24 juin 2014



Les cartilages qui protègent la surface des os à l’intérieur des articulations perdent leur souplesse au fil du temps ; de ce fait, leur capacité d’amortissement diminue. Ils se fissurent sous les contraintes de pression liées aux mouvements. Les surfaces articulaires sont moins bien lubrifiées, les ligaments deviennent fibreux. La souplesse et la flexibilité générale s’en trouvent affectées.
L'arthrose, couramment appelée rhumatismes, est un vieillissement des articulations qui est lié à l'usure. Les formes d’arthrose les plus fréquentes sont l’arthrose cervicale (responsable de maux de nuque), l’arthrose lombaire (responsable de mal de dos), l’arthrose de la hanche, l’arthrose du genou mais également celle des pieds et des mains. Les femmes sont trois fois plus touchées que les hommes. C’est un réel problème de santé public, qui représente une des principales causes de la perte d’autonomie des personnes âgées.

Quels sont les symptômes de l’arthrose ?

Arthrose de la jambe
L’arthrose provoque des douleurs articulaires et des raidissements des articulations. La personne se plaint d’avoir mal aux genoux, à la hanche ou d’avoir des difficultés à bouger ses doigts. Les symptômes disparaissent en général pendant le sommeil. Les douleurs des articulations sont plus intenses au réveil (jusqu'à ce que les articulations s'échauffent) et après un exercice plus soutenu qu'à l'ordinaire (jardinage, bricolage, randonnée, etc.). La maladie évolue par poussées, des épisodes douloureux alternant avec des périodes d’accalmies. Dans les stades avancés, la mobilité des articulations devient limitée : difficultés à saisir et manipuler des objets, à se déplacer, à s'habiller, etc.

Quelles sont les causes de l’arthrose ?

L'arthrose est probablement une maladie résultant de facteurs héréditaires et de facteurs liés au mode de vie. L'utilisation excessive de certaines articulations pour des motifs sportifs ou professionnels, pendant de nombreuses années, favorise l'apparition de la maladie. L’obésité y contribue en surchargeant les articulations des hanches, des genoux et des chevilles. Néanmoins, l'arthrose apparaît également chez des personnes qui ne présentent aucun de ces facteurs de risque.

Comment diagnostique-t-on l’arthrose ?

Outre l’examen clinique, la radiographie permet de diagnostiquer et de suivre l'évolution de l'arthrose. La radiographie montre des images caractéristiques où l’os situé sous le cartilage se densifie tandis que des excroissances osseuses apparaissent autour de l’articulation.
Arthrite ou arthrose ?
Il ne faut pas confondre arthrite et arthrose. L’arthrite aiguë est généralement due à une infection due à des bactéries. Elle se traduit par une violente inflammation, de la fièvre, et nécessite un traitement d’urgence. L’articulation est rouge, chaude, enflée et très douloureuse. L’arthritechronique évolue sur de longues périodes. Elle est souvent d’origine auto-immune (le système immunitaire agresse les cartilages articulaires) : c’est le cas par exemple de la polyarthrite rhumatoïde ou de la spondylarthrite ankylosante.

Comment protéger ses articulations ?

marche
La prévention de l'arthrose repose sur des mesures visant à protéger les cartilages articulaires tout au long de la vie. Par exemple, chez les sportifs, le respect des règles d'échauffement et l'acquisition de bons gestes techniques vont éviter de surcharger les articulations. Chez les personnes obèses, perdre du poids réduit les risques d’arthrose des hanches et des genoux.
    Pour les personnes atteintes d'un début d'arthrose, des moyens simples et efficaces permettent de retarder l'évolution de la maladie.
  • Faites de l’exercice. L’arthrose peut être aggravée par l’absence d’exercice physique. Poursuivez ou commencez une activité physique adaptée à votre cas. Pratiquée avec une intensité modérée et selon certaines règles, elle maintient les articulations en bonne santé. La marche et la natation sont particulièrement recommandées. Préférez les sports pratiqués sur un sol élastique (tennis sur terre battue, jogging sur des chemins de terre, etc.). L'hiver, planifiez des activités adaptées (natation, aquagym, sports en salle) pour continuer à faire de l'exercice. Votre médecin ou votre kinésithérapeute vous indiquera également des exercices à pratiquer chez vous.
  • Réapprenez à marcher. Certaines personnes plantent leurs talons dans le sol en marchant, soumettant ainsi leurs genoux et leurs hanches à des impacts brutaux. Marchez pieds nus sur du plancher : si vous entendez un bruit sourd à chacun de vos pas, il y a de fortes chances que vous ayez une démarche trop lourde. Imaginez que vous marchez sur des coussins d’air. Exercez-vous jusqu’à ce que vous ne fassiez plus aucun bruit en vous déplaçant.
  • Chaussez-vous bien. Investissez dans des chaussures de sport avec de bonnes semelles et des talons qui amortissent les chocs.
  • Refroidissez vos articulations. Si, après un effort, une articulation vous fait mal ou enfle, appliquez-y un sac de glace couvert d'un tissu sec pendant 15 à 20 minutes. Vous pouvez aussi utiliser un sac de petits pois congelés, offrant un contact plus enveloppant que des cubes de glace. Des compresses refroidissantes sont également disponibles en pharmacie.
  • Immobilisez l’articulation. Si une articulation est douloureuse, immobilisez-la avec une orthèse adaptée (un appareil destiné à limiter les mouvements, disponible en pharmacie). Toutefois, n'immobilisez pas une articulation au-delà de deux ou trois jours. Si la douleur persiste, consultez votre médecin.
  • Evitez le surmenage ! Le repos reste le meilleur des traitements pour une articulation douloureuse. Évitez les journées entières de jardinage, de bricolage ou de randonnée intenses ; ne surmenez pas vos cartilages.
    Mis à jour : Mardi, 25 Février 2014

    Comment soigne-t-on l’arthrose ?

    Une activité physique adaptée est un élément essentiel de la prise en charge de l'arthrose. Pratiquée de manière régulière, elle permet d'entretenir la musculature et de maintenir la mobilité. Les traitements médicamenteux sont essentiellement destinés à combattre la douleur et l'inflammation. Il s'agit de médicaments à avaler, à injecter dans l'articulation douloureuse ou à appliquer localement. Des traitements antiarthrosiques d'action lente peuvent aussi être proposés.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More